ACCÈS PRO

Bienvenue sur la page « Accès Pro » de La TraverScène.

Cliquez ci-dessous sur les titres des spectacles ou actions pour ouvrir la section voulue (certaines sections sont incomplètes ou manquantes : c’est en cours !).

Si besoin, contactez Eulalie Sébastien • eulalie-etc@mailo.com • 06 35 99 83 99

Voici les différentes versions du logo de la compagnie La TraverScène.

Vous pouvez télécharger les images et autres fichiers disponibles en cliquant sur les liens correspondants de la manière suivante : clic droit > enregistrer sous

Logo en couleurs · fond transparent · format .png

Logo en couleurs · fond blanc · format .jpg

Logo en N/B · fond transparent · format .png

Logo en N/B · fond blanc · format .jpg

Vous pouvez nous taguer sur les réseaux sociaux :

Instagram (pas de compte cie) :
www.instagram.com/julien_daillere/
Seulement pour les spectacles Pour quelle raison compter nos coeurs et Blaise Pascal JukeBox : www.instagram.com/bpjb63/
Seulement pour les programmes de recherche-création : www.instagram.com/lamargeheureuse/

Facebook :
www.facebook.com/la.traverscene
et aussi : www.facebook.com/julien.daillere
Seulement pour les programmes de recherche-création : www.facebook.com/lamargeheureuse

LinkedIn :
www.linkedin.com/company/la-traverscene
Et aussi : www.linkedin.com/in/julien-daillere/

Seulement pour les programmes de recherche-création : www.linkedin.com/company/la-marge-heureuse/

Tiktok :
www.tiktok.com/@juliendaillere

Photos Julien Daillère (bien citer crédit en légende) :
Cliquez sur l’image puis, sur l’image agrandie, faites un clic droit et « enregistrer sous ».

Julien Daillère • Bio courte (mise à jour 01/2024) :

Auteur, comédien et metteur en scène accompagné par la cie La TraverScène, je crée des formes théâtrales pour des lieux non dédiés, adaptables à des lieux équipés : des « solos coopératifs », abordant des sujets forts avec humour et tendresse, lors desquels le public prend en charge certains effets scéniques (son, lumière, activation de dispositifs…) comme pour Je t’aime effondrement ou Pour quelle raison compter nos cœurs ?.

Julien Daillère • Bio moyenne (mise à jour 01/2024) :

Julien Daillère est auteur, comédien et metteur en scène. Après une carrière théâtrale dans le circuit traditionnel en France et un doctorat en arts du spectacle en Roumanie, il s’oriente en 2018 vers des formes théâtrales hybrides, conçues pour des espaces non dédiés, adaptées aux salles équipées : des « solos coopératifs » abordant des sujets forts avec humour et tendresse, lors desquels le public prend en charge certains effets scéniques (son, lumière, activation de dispositifs…). Lors des confinements de 2020, il travaille sur l’audio du téléphone (téléperformance, serveurs vocaux…). En 2022, il lance le programme de recherche « Avoir Lieu » avec La Marge Heureuse, sur des formes alternatives de spectacle vivant covid-compatibles (présentiel/distanciel). En 2023, il crée un nouveau solo coopératif sur le thème de l’amour et de la figure de Blaise Pascal : Pour quelle raison compter nos cœurs ? En 2023/24, son travail sera accueilli aussi bien dans de petits lieux alternatifs comme le Café du Quai à Billom, que dans des lieux institutionnels comme les scènes nationales de Chambéry et Bordeaux. De 2024 à 2026, il est commissaire artistique du Centre d’art LBO à l’Ehpad Les Blés d’Or de St Baldoph.

Julien Daillère • Bio longue (mise à jour 04/2024)

Après un échange Erasmus en Allemagne et la fin de mes études à l’ESSEC, je reviens à Paris et commence ma formation théâtrale avec des cours du soir : j’aborde les textes classiques avec Isabelle Rattier et les écritures contemporaines avec Monica Espina. À Teatro Pazzo, je me forme ensuite auprès de Patricia Koseleff à un théâtre corporel, dans une approche issue de la pédagogie de Jacques Lecoq. Je m’initie à la danse contemporaine auprès de Frédérique Robert. J’effectue ensuite différents stages de formation, en France et à l’étranger, au fil de mes années de pratique, et entame en 2023 un travail au long cours auprès de la chorégraphe Eun Young Lee sur sa méthode de La Ligne Intérieure.

En 2006, je crée la compagnie La Traverscène pour jouer un de mes premiers textes, Les contes de la petite fille moche, mis en scène par Patricia Koseleff. Ce premier spectacle, largement salué par la presse, a profondément marqué les débuts de la compagnie avec une tournée de près de 250 représentations en France. Parmi les réalisations qui suivront, en collaboration avec la scénographe Mioko Tanaka, je mets en scène Pont de Vernon, impressions dans le cadre du Festival Normandie Impressionniste en 2013, en semi-déambulation autour du pont avec la participation de différents groupes amateurs du territoire : musique, live painting, danse, jonglage… La même année, j’écris et mets en scène une adaptation du conte Hänsel & Gretel en coproduction avec la MAC de Créteil. En parallèle de mes activités de comédien et metteur en scène, je suis l’auteur de plusieurs pièces dont Suis-je donc…? qui a paru en 2016 aux Cahiers de l’Égaré. En 2016, je travaille avec la metteuse en scène Linda Duskova sur la ré-écriture du spectacle Tue, hais quelqu’un de bien à partir d’un tableau de Jérôme Bosch. J’y joue également comme comédien, ainsi que dans Das ist die Galerie, adapté de Paysage sous surveillance de Heiner Müller. En 2018, je présente Cambodge, Se souvenir des images à Anis Gras, le lieu de l’autre, une forme scénique qui mêle récit, son et performance, premiers pas d’une recherche autour de la tendresse et du souvenir. La création de C’est bon · E ok · Rendben · This is just a story la même année à la Fabrica de Pensule de Cluj Napoca (RO) s’inscrit dans le prolongement de cette démarche et constitue le point de départ de ma pratique du « solo coopératif » avec l’implication du public pour la réalisation de certains effets scéniques (son, lumière,etc.). Il s’ensuit une tournée binationale dans le cadre de la Saison France-Roumanie 2019 avec l’Institut Français et l’Institut Culturel Roumain.

Après avoir vécu et travaillé trois ans entre France et Roumanie, où j’étudie le processus de création théâtrale à l’image du système digestif dans le cadre d’un doctorat à l’Université des Arts de Târgu-Mureș, en cotutelle avec l’Université de Cergy-Pontoise (thèse soutenue en septembre 2018), je m’installe à Clermont-Ferrand fin 2019. J’y crée notamment Je t’aime effondrement en 2020 et Pour quelle raison compter nos cœurs ? en 2023.

En tant qu’artiste-chercheur, j’initie plusieurs programmes de recherche-création depuis 2020 comme « Avoir Lieu » sur les formes de spectacle vivant covid-compatibles (en présentiel et en distanciel), « Frragile » sur les pratiques artistiques en espaces naturels et « Publics ? » sur les enjeux d’attractivité, d’accessibilité et d’hospitalité des formes de spectacle vivant.

Je tente aussi d’investir des espaces autres pour mettre en lien des artistes et des pratiques artistiques avec une grande diversité de publics. Depuis les empêchements liés à la crise de Covid-19, j’explore les possibilités de l’audio du téléphone (lecture, télérésidence, téléperformance, serveur vocal interactif, etc.) avec notamment la création du Centre Dramophonique National Le allÔ. Et depuis 2024, j’assure le commissariat artistique du Centre d’art LBO crée par les artistes Mohamed El Khatib et Valérie Mréjen à l’Ehpad Les Blés d’Or, avec les résident·e·s et le personnel de l’établissement. Cette initiative était jusqu’ici portée conjointement par Malraux, Scène nationale Chambéry Savoie, l’Ehpad Les Blés d’Or de Saint-Baldoph, le CCAS de la Ville de Barberaz et la compagnie Zirlib, dirigée par Mohamed El Khatib, qui en transmet la production à La TraverScène jusqu’en 2026.

J’envisage ma pratique artistique comme une manière de rencontrer la tendresse du monde.

Cliquez ici pour accéder à la page de présentation générale du spectacle sur ce site

Cliquez ici pour télécharger le dossier de présentation (pdf)

Cliquez ici pour télécharger les pistes pédagogiques (pdf) ou au format Word (.docx)

Cliquez ici pour accéder à la captation audiovisuelle (mot de passe sur demande)

Cliquez ici pour télécharger la fiche technique (à venir)

Cliquez ici pour télécharger le dossier pédagogique (à venir)

Texte de présentation :

Pour quelle raison compter nos coeurs ?

Solo coopératif de Julien Daillère
Complicité scénographique : Yolande Barakrok
Regard extérieur chorégraphique : Eun Young Lee
Costumes : Laurette Picheret
Calligraphie sur tissu : Marion Arnoux
Musique : Freaky Joe
Lumière : Hervé Georjon
Technique son : merci à Simon Stenmans, Yoann Sanson et Pierrick Querolle
Technique plateau et production : Eulalie Sébastien
Photographie de plateau : Grégoire Delanos • La Hutte Studio
Captation audiovisuelle : Aurélie Bruyère
Mixage son captation : Pierrick Querolle
Stagiaire : Héloïse Cardi
Spectacle conçu au fil d’actions de médiation-création avec des habitant·es.
Durée : 60 min. Tout public (à partir de 10 ans).

Résumé version 1 :

Un spectacle en forme de parade amoureuse qui, au fil de tableaux joués, chantés, dansés… fait dialoguer avec humour les contradictions de l’amour avec la figure de Blaise Pascal.

Résumé version 2 :

Un spectacle en forme de parade amoureuse qui, au fil de tableaux joués, chantés, dansés… fait dialoguer avec humour les contradictions de l’amour avec la figure de Blaise Pascal.

L’amour est-il devenu une compétence, un soft skill à travailler pour gagner en performance dans sa vie personnelle, spirituelle et professionnelle ? C’est la question qui peut surgir en observant le foisonnement de discours sur les vertus individuelles et collectives attribuées aujourd’hui à l’amour : sécrétion d’hormones positives, allongement de la durée de la vie, management plus efficace, protection du vivant… Il faut aimer, être aimé et s’aimer soi-même.
Comment s’émanciper des injonctions individualistes, utilitaristes et capitalistes pour préserver la diversité de l’amour et des amours  ? Nous tenterons d’explorer ce questionnement à travers les pistes lancées par Blaise Pascal dans ses Pensées et les valeurs qui ont motivé ses inventions, de la Pascaline au carrosse à cinq sols.

Crédits :

Production : La TraverScène. Coproductions : LBO – Centre d’art, St Baldoph (73) • Anis Gras – Le lieu de l’Autre, Arcueil (94) • La Saillante, Saillant (63). Soutiens : DRAC Auvergne Rhône-Alpes (Aide à la création, Été culturel) • Ville de Clermont-Ferrand • Écrivaines et Écrivains Associés du Théâtre / Fondation du Crédit Mutuel pour la lecture. Accueil en résidence de création : Malraux, Scène nationale Chambéry Savoie (73) • Lycée Blaise Pascal de Clermont-Ferrand (63) • Cour des Trois Coquins – Scène Vivante / Ville de Clermont-Ferrand (63) • VVF Montpeyroux Auvergne, Parent (63) dans le cadre de la programmation l’Eté culturel 2023 et du dispositif « Culture et Tourisme » mené en partenariat avec l’UNAT • La Pie Folle, Aurières (63). Partenariats : Médiathèque de Jaude / Clermont Auvergne Métropole (63) • Musée du Tissage et de la Soierie, Bussières (42) • Université des arts de Târgu-Mureș (RO).

Visuel :

NB : Clic droit sur le lien et « enregistrer sous ». Merci de préciser la mention de droit d’auteur de l’image, précisée dans le titre du visuel, sauf pour « La TraverScène » où ce n’est pas indispensable si cela vous arrange de ne pas le préciser :

Visuel de base pour intégrer à vos affiches et sites :

Merci d’intégrer également le logo de la compagnie La TraverScène, disponible en 1ère rubrique de cette page.

format .png : visuel de BASE « Pour quelle raison compter nos coeurs? »  © La TraverScène

Visuels paysage (couverture Facebook, etc.) :

format .png / paysage : visuel FB avec TITRE « Pour quelle raison compter nos coeurs? » © La TraververScène

format .png / paysage : visuel FB nu (sans titre) « Pour quelle raison compter nos coeurs? » © La TraververScène

Visuels carré (postes INSTA, etc.) :

format .png / carré : visuel INSTA avec TITRE « Pour quelle raison compter nos coeurs? » © La TraververScène

format .png / paysage : visuel INSTA nu (sans titre) « Pour quelle raison compter nos coeurs? » © La TraververScène

Photos :

Version en salle équipée

(10.2023, Cour des Trois Coquins, Clermont-F)

CRÉDIT PHOTO à citer obligatoirement : Grégoire Delanos @lahuttestudio

Qualité basse définition (Web) : cliquez sur la photo puis, lorsqu’elle s’affiche en grand, « clic doit » / « enregistrer sous ».

Qualité haute définition (Print) : « clic droit » puis « enregistrer sous » sur le n° de la photo dans la liste suivante : n°008n°057n°001n°088n°031n°144n°151n°115n°045n°063n°121

Vidéo :

Extraits des fragments des Pensées (numérotés selon l’édition Sellier) chantés par Julien Daillère sur des instrumentations de Freaky Joe lors de la séquence « Blaise Pascal JukeBox » (BPJB) du spectacle. C’est le public qui vient appuyer sur une touche de la BPJB afin de déclencher l’instrumentation associée au fragment de son choix (un numéro de fragment sur chacune des 10 touches disponibles).

Pour télécharger ces vidéos : cliquez sur le « v » de Viméo en bas à droite du lecteur vidéo, puis une fois sur le site de Viméo, cliquez sur l’onglet « Télécharger », plus bas sous la vidéo, juste au-dessus du résumé. Vous pouvez recouper et diffuser sur vos réseaux et sites ces vidéos, en créditant selon la ligne de crédit sous chaque vidéo :

© Aurélie Bruyère / La TraverScène

 

© Aurélie Bruyère / La TraverScène

 

© Aurélie Bruyère / La TraverScène

 

 

 

 

 

 

 

© Emmanuelle Schumacher / La TraverScène

 

© Emmanuelle Schumacher / La TraverScène

 

© Emmanuelle Schumacher / La TraverScène

 

Pas pour la communication mais pour se faire une idée :

Vidéo de travail avec la chorégraphe Eun Young Lee : extrait de la séquence dansée par Julien Daillère accompagnée par une lecture des fragments 401, 404, 405, 402, 406 des « Pensées » de Blaise Pascal (numérotés selon l’édition Sellier) sur la « métaphore des membres pensants » pour le spectacle « Pour quelle raison compter nos coeurs ? » de la compagnie La TraverScène.
Vidéo © Guillaume Mazard

Son :

à venir

Cliquez ici pour télécharger le dossier de présentation

Cliquez ici pour télécharger la fiche technique

Texte de présentation :

Je t’aime effondrement

Solo coopératif (à peu près) écrit • joué • chanté • dansé • semi-improvisé par Julien Daillère, avec les personnes présentes.
Merci à la costumière Laurette Picheret pour le perfectionnement des costumes.
Contenus en ligne par Benjamin Trouche.
Chargée de production et collaboration technique Eulalie Sébastien.
Un spectacle de la compagnie La TraverScène.
Durée : 60 min. Tout public (à partir de 10 ans).

Résumé version 1 :

Le cadre, c’est la tendresse.
Le sujet, c’est l’effondrement.
L’objectif, c’est de réussir à faire de ça un spectacle, entre cabaret, stand-up comédie et rituel chamanique, avec la coopération du public. C’est casse-gueule mais c’est dans le thème, alors ça va.

Résumé version 2 :

Du stand-up de super héros au cabaret post-apocalyptique, une tentative de rituel tendrement covid-compatible pour une approche sensible des enjeux écologiques d’aujourd’hui.

Crédits :

Production : La TraverScène. Partenaires : Merci au Festival « Sans Transition? » et à l’association Un pas de côté (St Lézin, 49) pour leur accueil en laboratoire. Merci à Zaoum (Clermont-Ferrand, 63) pour une résidence de création. Merci à la Fabrica de Pensule pour la mise en lien avec des groupes scolaires en Roumanie. Merci à La Goguette, tiers-lieu à Clermont-Ferrand, 63) qui a accueilli la création du spectacle. Merci à Anis Gras, le lieu de l’autre (Arcueil, 94) qui avait prévu d’accueillir une résidence de travail pendant le confinement du printemps 2020, en lien avec des groupes scolaires à proximité.

Visuel :

NB : Clic droit sur le lien et « enregistrer sous ». Merci de préciser la mention de droit d’auteur de l’image, précisée dans le titre du visuel :

Visuel de base (personnage d’ADAPTATOR) pour intégrer à vos affiches et sites :

jpg / paysage / web (basse déf.) : visuel « Je t’aime effondrement » BD © Benjamin Trouche

jpg / paysage / print (haute déf.) : visuel « Je t’aime effondrement » HD © Benjamin Trouche

Merci d’intégrer également le logo de la compagnie La TraverScène, disponible en 1ère rubrique de cette page.

Affiche au format paysage :

pdf / paysage / print (haute déf.) : affiche « Je t’aime effondrement » © Benjamin Trouche

Visuels ci-dessous, cliquables pour images à télécharger : crédit photo dans le titre des fichiers. Si résolution trop faible, nous contacter en précisant le n° de la photo demandée qui figure au début du titre du fichier :

Vidéo :

Bande-annonce sur Youtube ici : https://youtu.be/4e9VWQrKYGQ

Son :

NB : cliquez sur le lien de l’extrait sonore puis, dans la nouvelle fenêtre qui s’affiche : clic droit sur la piste son et « enregistrer sous ».

Extrait sonore 1 :
http://www.latraverscene.fr/wp-content/uploads/2023/07/Temps-Pro-Julien-extrait-langue-et-chant.mp3

Ressources principales :

Cliquez ici pour accéder à la page de présentation générale sur ce site

Cliquez ici pour télécharger le dossier de présentation en pdf

Cliquez ici pour télécharger la fiche technique (en cours)

Texte de présentation :

J’ai mangé le titre (je ne me souviens plus très bien)

Solo coopératif de Julien Daillère
Fabrication de papier en direct, technique plateau : Eulalie Sébastien
Complicité scénographique : Yolande Barakrok
Costumes : Laurette Picheret
Masque : Jean-Lou David
Chant enregistré : Rémy Yeux
Merci aux technicien·nes Pierrick Querolle, Noémie Rade et Sonia Virly pour leur accompagnement en résidence.
Production : Eulalie Sébastien
Reste de l’équipe en cours de recrutement.
Un spectacle de la compagnie La TraverScène.
Durée : 80 min. Tout public à partir de 10 ans.

Résumé :

À travers ce nouveau solo coopératif, Julien Daillère propose d’explorer nos rapports contradictoires à la mémoire : pourquoi vouloir se souvenir ? Ou vouloir oublier ? Il revient sur les défaillances de sa mémoire, plus ou moins spectaculaires depuis 2016, à mesure qu’il se découvrait de nouvelles capacités d’improvisation, comme si l’oubli invitait au lâcher-prise et à l’imaginaire. Mémoire et oubli forment un territoire immense que ce spectacle nous invite à parcourir au fil de séquences, abordant aussi bien la perception sensible et mouvante de nos propres souvenirs, que le développement des deadbots par lesquels l’intelligence artificielle simule la survie de nos morts. Avec tendresse et humour, Julien invite qui veut bien à éclairer, écrire ou bruiter ce moment partagé, tandis qu’Eulalie Sébastien, à l’image de la mémoire qui est à l’oeuvre à chaque instant de la vie, fabrique à ses côtés le papier qui accueille à la fois nos souvenirs et nos oublis.

Crédits :

Production : La TraverScène. Premiers partenaires : La Cour des Trois Coquins – Scène vivante, Ville de Clermont-Ferrand (63) • Le Caméléon, Ville de Pont-du-Château (63) • Malraux, Scène nationale Chambéry Savoie (73) • La Saillante, Saillant (63) • Anis Gras – le lieu de l’Autre, Arcueil (94) • La Base – Collectif L’Endroit, Chambéry (73) • Café du Quai, Billom (63) • Centre Dramophonique National Le allÔ • La Marge Heureuse.
Demandes en cours : DRAC Aura, CD63, Ville de Clermont-Ferrand.

Visuel :

NB : Clic gauche sur l’image puis, sur l’image agrandie qui s’ouvre : clic droit et « enregistrer sous ». Images libres de droits en citant le crédit dans le titre ou en légende. NB : les deux dernières photos ont une résolution assez basse mais les premières sont en HD.

Vidéo :

à venir

Son :

à venir

Ressources principales :

Cliquez ici pour accéder à la page de présentation générale sur ce site

Cliquez ici pour télécharger le dossier de présentation (en cours de rédaction)

Cliquez ici pour télécharger la fiche technique (en cours de rédaction)

Texte de présentation :

Cambodge, Se souvenir des images

Texte, son, performance Julien Daillère
Images Julien Daillère, Floriane Daillère
Vidéo Cédric Iglesias
Un spectacle de la compagnie La TraverScène.
Durée : 60 min. Tout public à partir de 10 ans.

Résumé :

Les rues de Battambang où patientent les chauffeurs de tuk-tuk ; la pluie et le soleil sur les rizières immenses, les oiseaux et les bœufs, les forêts, les bosquets, et la terre brune et rouge au bas des arbres lourds ; les ombres du Sbek Thom dans un petit théâtre ; les danseuses Apsara auprès de Vishnou et Bouddha sur les temples d’Angkor ; et les cuisines roulantes, tout au long des trottoirs, qu’on amène le matin et qu’on remmène le soir ; les soupes de nouilles mangées sur des chaises d’enfants ; partout les phares de mobilettes ; et le chant du mille-pattes la nuit.

À travers ses chroniques de voyages et les sons qu’il a enregistrés sur place, Julien Daillère nous invite à recréer les images de souvenirs du Cambodge.

Crédits :

Production : La TraverScène. Résidence de création : Anis Gras – le lieu de l’Autre, Arcueil (94).

Visuel :

NB : Clic gauche sur l’image puis, sur l’image agrandie qui s’ouvre : clic droit et « enregistrer sous ». Images libres de droits en citant le crédit : © Floriane Daillère.

Vidéo :

Bande-annonce vidéo sur Viméo : https://vimeo.com/296743274

Son :

à venir

Ressources principales :

Cliquez ici pour accéder à la page de présentation générale sur ce site

Cliquez ici pour télécharger le dossier de présentation (en cours)

Cliquez ici pour télécharger la fiche technique (en cours)

Texte de présentation :

Serveur Vocal Humain

Dispositif téléphonique conçu par Julien Daillère. Un spectacle en distanciel de la compagnie La TraverScène.
Durée : 60 min. Tout public.

Résumé version « Conférence téléphonique » :

Pendant une heure, depuis chez vous, La TraverScène vous propose de faire l’expérience d’un appel au Serveur Vocal Humain pour écouter un poème. Appelez le 04 44 05 01 94 (prix d’un appel vers un fixe, non surtaxé) et laissez-vous guider. Si votre numéro de téléphone est tiré au sort, vous pourrez interagir en direct et naviguer dans l’arborescence. Sinon, vous pourrez toujours écouter ! Une performance téléphonique de Julien Daillère. En partenariat avec le Centre Dramophonique National Le allÔ pour la mise à disposition d’un numéro de conférence téléphonique (limité à 50 personnes).

NB : vérifier le numéro de téléphone au cas où il change

Résumé version « RADIO » :

à venir.

Crédits :

Production : La TraverScène, en partenariat avec le Centre Dramophonique National Le allÔ.

Visuel :

NB : Clic droit sur le lien et « enregistrer sous ». Image libre de droit © La TraverScène :

Visuel de base  : jpg / paysage : https://latraverscene.fr/images/visuel-serveur-vocal-humain-bandeau2.jpg

Merci d’intégrer (si possible) également le logo de la compagnie La TraverScène, disponible en 1ère rubrique de cette page.

Vidéo :

Pas de bande-annonce.

Son :

NB : cliquez sur le lien de l’extrait sonore puis, dans la nouvelle fenêtre qui s’affiche : clic droit sur la piste son et « enregistrer sous ».

Extrait sonore 1 : https://www.latraverscene.fr/sons/2021-04-26-SVH-vp-avec-bip.mp3

Voici quelques éléments pour la communication autour du programme PUBLICS ?

Vous pouvez télécharger les images et autres fichiers disponibles en cliquant sur les liens correspondants de la manière suivante : clic droit > enregistrer sous

Communication pour PUBLICS ? à la Maison de l’Oradou / Clermont-Ferrand en septembre 2023 :

Rédactionnel de base :

(NB : rencontrez-nous avant, samedi 09 septembre de 14h à 17h lors d’un atelier graphisme sur bitume avec Recycl’Art près de la Maison de l’Oradou… Et contactez-nous en MP si vous souhaitez participer dès les ateliers de recherche des jeudi 14 et vendredi 15 septembre, nous vous en dirons plus).

Dans le cadre de leur résidence-laboratoire à la Maison de l’Oradou, la compagnie La TraverScène propose une sortie de résidence participative le samedi 16 septembre 2023.
Après une rencontre et un temps d’échange avec les artistes Julien Daillère (théâtre), Grégoire Delanos (photographie), Yoann Sarrat (hip-hop) à 14h30 + une artiste musicale (sous réserve), il est possible de participer à un des 3 ateliers proposés en simultané (cyanotype, hip hop ou écriture sonore) sur réservation dès 15h.
Après une pause conviviale à 17h, tout reprend à 18h avec un spectacle-restitution de cette résidence, intégrant ce qui aura été produit au cours des atelier, c’est ça le challenge !
Si vous ne venez pas aux ateliers, vous pouvez venir directement un peu avant 18h pour le spectacle !
Les places en atelier sont limités à 10 participant·es.
À partir de 8 ans. Gratuit, sur réservation auprès de la Maison de l’Oradou en ligne via le lien de réservation de cet événelent ou bien au 04 73 40 86 20 ou à maison.oradou@ville-clermont-ferrand.fr

Affiche A4.jpg en basse définition © Inès Lenglet

Affiche A4.png en haute définition 1,1M © Inès Lenglet

Affiche INSTA © Inès Lenglet

Affiche bannière Facebook © Inès Lenglet

Affichette avec papillons de réservation pour boite boulangerie © Inès Lenglet

 

Visuel d’illustration d’origine (commun à tous les lieux) :

Visuel 1 au format paysage .png

Visuel 2 au format paysage .png

Visuel 3 au format paysage .png

Visuel 4 au format paysage .png

En plus du logo de la compagnie La TraverScène (voir en haut de page), merci de faire figurer, lorsque cela est possible, les logos de nos partenaires :

 

Logo du ministère de la Culture (pour DG2TDC) :

Logo ministère de la Culture couleurs carre .jpg

Logo ministère de la Culture couleurs paysage .jpg

Logo ministère de la Culture couleurs carre .jpg

 

Excemple de texte court de présentation :

PUBLICS ?

En collaboration avec les artistes : Julien Daillère, Grégoire Delanos, Olena Powichrowski, Yoann Sarrat, liste à vérifier et compléter avec l’artiste locale.

Avec la participation des associations xxxxxx, établissements scolaires xxxx, etc. : à compléter selon les sessions de labo (soutien de la Ville de Clermont-Ferrand, etc.) et avec le soutien du ministère de la Culture, Délégation générale à la transmission, aux territoires et à la démocratie culturelle.

PUBLIC ? est un laboratoire de recherche et d’expérimentation mené par Julien Daillère, mis en place par La TraverScène en partenariat avec La Marge Heureuse. Il a pour objet de renforcer l’attractivité des formes de spectacle vivant et de la pratique artistique collective en présentiel. Il cherche également à associer artistes et publics dans un temps partagé mêlant à la fois médiation, transmission et création, tout comme à rassembler des publics ayant des contraintes, goûts et usages différents grâce à des formes hybrides (présentiel et distanciel).

Ouvert à votre participation lors des ateliers (cyanotype, danse hip hop, écriture sonore, etc.) en amont où le jour-même de la restitution. Programme complet sur demande / disponible ici.

Julien Daillère est auteur, comédien, metteur en scène et initiateur du programme de recherche « Avoir Lieu » sur les formes alternatives de spectacle vivant nées de la crise de Covid-19.